Rechercher
  • chantale belzile

La fin d'un combat

Passionnés de l’Amour bienvenue sur mon blogue…

L’ombre ou la lumière? La méchanceté ou la gentillesse? La dureté ou la douceur? La fermeture ou l’ouverture? Résistance ou lâcher prise? Contrôler ou s’abandonner? Se détruire ou se choisir?


Un mois d’octobre intense pour l’être humain que nous sommes. Plusieurs le remarquent, le disent et le vivent. Les journées passent à une vitesse inimaginable. Du lever au coucher le temps nous manque pour accomplir les tâches à exécuter. Tout va vite, le stress embarque et voilà qu’en soirée la fatigue est à son comble. À notre insu, les frustrations s’invitent puisque l’énergie n’y est plus pour penser à soi, s’amuser et se faire plaisir.


Après quelques échanges avec l’entourage, on constate que le phénomène est planétaire. «Youpi, je ne suis pas seul à ressentir ce tourbillon d’inconforts! » demeure la phrase de consolation. Et lorsqu'un peu de calme s'invite dans notre espace, il nous arrive, contre notre volonté, d’être témoin de discussions explosives autour de nous.


Se pourrait-il que les fantômes prisonniers de notre intérieur veulent se manifester pour l’Halloween? Quand on y pense, bien des énergies sombres gouvernent notre Égo et offrent un dur combat à notre cœur. Cette dualité entre l’ombre et la lumière est l’élément déclencheur de cette grande nervosité, intense, des derniers jours, des dernières semaines et pour plusieurs, des dernières années. Cette lutte de pouvoir entre nos peurs les plus profondes et la sécurité de notre cœur se répercutent dans nos relations. Souvent, c’est en premier lieu avec l’être aimé ou les membres de la famille que l’opposition sera la plus forte. Pour d’autres, les collègues de travail ou de parfaits inconnus seront la cible parfaite pour se défouler de cette agressivité portée envers soi.


En réalité, nous n’en pouvons plus de cette guerre intérieure. Il est urgent que la lumière gagne pour tous, c’est le seul moyen de trouver le repos. Arrêter le combat est urgent! Nous avons tous besoin de plus d’énergie, de joie, de bonheur et de s’offrir une route calme, paisible et amusante.


Le secret est de tomber en amour avec soi pour arrêter la souffrance. Tomber en amour avec soi veut dire : « prendre la décision d’ARRÊTER de SOUFFRIR ». On se libère de la souffrance à partir du moment où l’on cesse de saboter notre quotidien avec l’énergie sombre. Pour cela, je dois me remettre au monde dans mes propres valeurs et il est de ma responsabilité de faire ce choix. Tant et aussi longtemps que je laisse mes peurs, mes blessures du passé et toutes les méchancetés entendues, vues et vécues prendre place en mon intérieur, les fantômes viendront voler mon énergie et saboter mon présent pour hypothéquer mon avenir.


Pour m’aimer je dois augmenter ma valeur par mon rayonnement. D’après vous, notre rayonnement vient-il de l’Égo ou de nos valeurs de cœur? Au fil du temps, j’ai constaté que la méchanceté humaine, la haine, la jalousie et le côté sombre de l’individu viennent d’un manque de connaissance de soi.


❣Et si je me donnais le droit d’augmenter ma valeur?

❣Et si je me permettais de me nourrir de positif en utilisant mes valeurs de coeur?

❣Et si j’accueillais ma lumière dans le but de devenir une personne rayonnante et inspirante?

❣Et si la connaissance de l’Âme était ma solution?


Comment accéder à plus de lumière et d’énergie si je ne me connais qu’à moitié? L’Âme, est-ce agressant ou reposant à mes oreilles? Lorsque je rejette mon énergie d’Âme, je me bâtis une vie où le combat s’installe dans tous les plans. À moi de mettre fin à ce combat! Et qui sait, peut-être que je trouverai des réponses dans les enseignements de l’Âme?


❣À tester chez les humains en quête de paix, d’amour, de simplicité, de succès et de vitalité…

Besoin de développer davantage sur le sujet de l’Âme? Procurez-vous mon livre et je partage les frais de livraison avec vous!

Prochain blogue : Arrêter de souffrir, est-ce aussi pour moi?

0 vue

Chantale Belzile

Tel: 418-575-2075

© 2018 par Structura conseils pour Chantale Belzile